071N_2019 ARESCOURT  - EMMANUEL PERRIN Seuil Arescourt
Seuil a été conçu et vécue comme une méditation ou une prière partant de la vision d'un vieux mur. La décomposition de cette image par de nombreuses opérations consécutives visait à la fois à une pratique de présence et à un résultat morcelé qui puisse donner l'impression de laisser passer la lumière, jouant sur la notion de surface qui est à la fois une limite, un support et un accès. Ce sont ces dimensions, tant dans mon expérience de réalisation, que dans l'image et le texte en résultant, qui m'ont semblé matérialiser un aller-retour du vitrail au mandala.
Le découpage qui s'y ajoute est un premier niveau d'une fractale appelée tapis de Sierpinski, qui cherche à incarner, outre la forme carrée répondant au cercle, la notion de disparition et d'immatériel.
igncebk@gmail.comhttps://twitter.com/arescourt
 

EMMANUEL PERRIN Seuil Arescourt

Seuil a été conçu et vécue comme une méditation ou une prière partant de la vision d'un vieux mur.
La décomposition de cette image par de nombreuses opérations consécutives visait à la fois à
une pratique de présence et à un résultat morcelé qui puisse donner l'impression de laisser passer la lumière,
jouant sur la notion de surface qui est à la fois une limite, un support et un accès.
Ce sont ces dimensions, tant dans mon expérience de réalisation, que dans l'image et le texte en résultant,
qui m'ont semblé matérialiser un aller-retour du vitrail au mandala.

Le découpage qui s'y ajoute est un premier niveau d'une fractale appelée tapis de Sierpinski,
qui cherche à incarner, outre la forme carrée répondant au cercle, la notion de disparition et d'immatériel.

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
https://twitter.com/arescourt