078_2019 RAPHAEL SEGURA - raphaëlsegura.comsraja@orange.fr 
Fils d'un catalan espagnol et d'une lyonnaise, ma jeunesse se déroule dans la Loire puis à Montpellier.Devenu enseignant en arts plastiques j’effectue un long séjour à l’île de La Réunion. Ma peinture est alors influencée par un expressionnisme fauve. De retour dans l'Hérault, d'abord dans un vieux mas dans la Séranne, puis à Montpellier, il m’arrive de collaborer avec des poètes pour des livres d’artistes.
Depuis 1990 dans mon atelier de la rue Roucher au cœur de Montpellier, en artisan de l'image, j’associe des techniques aussi variées que fusain, aquarelle, crayons de couleur et peinture. Les arbres, les places, les portes, le ciel, les poupées ont été ma thématique de prédilection.Je travaille actuellement uniquement en noir, gris et blanc sur l’arbre nu, c’est a dire le rapport entre les racines, les branches et le tronc. Ce sera le sujet que je propose pour Carpentras. Pour inclure un titre j’ai utilisé les lettres pochoir (clin d’œil aux inscription de jadis sur les caisses, les sacs de toile et certains panneaux). Le mot VIVANT… s’est imposé avec 3 points de suspension pour donner une certaine ambiguïté à l’image. Cet arbre tentaculaire que l’on peut croire mort, qui tirait sa force de ses racines et / ou de ses branches, n’est peut-être que dans le sommeil de l’hiver, à moins qu’il ne soit, pour les pessimistes, que le vestige d’une luxuriance disparue. R.S. mars 2019
Technique utilisée Pour éviter toute épaisseur j’ai joué la teinture à l’encre de chine plutôt que la peinture, sauf quand j’ai du intervenir à la peinture pour le « mot titre » et pour quelques correctionsquand la teinture avait débordé.
 

raphaëlsegura.com
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.


Fils d'un catalan espagnol et d'une lyonnaise, ma jeunesse se déroule dans la Loire puis à Montpellier.
Devenu enseignant en arts plastiques j’effectue un long séjour à l’île de La Réunion.
Ma peinture est alors influencée par un expressionnisme fauve.
De retour dans l'Hérault, d'abord dans un vieux mas dans la Séranne, puis à Montpellier,
il m’arrive de collaborer avec des poètes pour des livres d’artistes.

Depuis 1990 dans mon atelier de la rue Roucher au cœur de Montpellier, en artisan de l'image,
j’associe des techniques aussi variées que fusain, aquarelle, crayons de couleur et peinture.
Les arbres, les places, les portes, le ciel, les poupées ont été ma thématique de prédilection.
Je travaille actuellement uniquement en noir, gris et blanc sur l’arbre nu,
c’est a dire le rapport entre les racines, les branches et le tronc. Ce sera le sujet que je propose pour Carpentras.
Pour inclure un titre j’ai utilisé les lettres pochoir (clin d’œil aux inscription de jadis sur les caisses, les sacs de toile et certains panneaux).
Le mot VIVANT… s’est imposé avec 3 points de suspension pour donner une certaine ambiguïté à l’image.
Cet arbre tentaculaire que l’on peut croire mort, qui tirait sa force de ses racines et / ou de ses branches, n’est peut-être que dans le sommeil de l’hiver, à moins qu’il ne soit, pour les pessimistes,
que le vestige d’une luxuriance disparue. R.S. mars 2019

Technique utilisée
Pour éviter toute épaisseur j’ai joué la teinture à l’encre de chine plutôt que la peinture,
sauf quand j’ai du intervenir à la peinture pour le « mot titre » et pour quelques corrections
quand la teinture avait débordé.