021_2017_MICHEL_SARLIN - MICHEL SARLIN
Natif des Hautes -Alpes, je suis venu dans le Vaucluse dans les années 80 pour travailler.Après avoir fait de la préparation de commandes, je suis nommé responsable qualité dans la logistique alimentaire sur Cavaillon. Après délocalisation de mon entreprise, je travaille depuis 3 ans sur Carpentras toujours dans la logistique alimentaire.Je suis passionné de photos depuis toujours, la randonnée, le jardinage et les voyages que je fais avec ma femme sont mes autres loisirs. La retraite étant toute proche (enfin j’espère) j’aurai plus de temps pour me consacrer à mes passions.
021_2017_MICHEL_SARLIN
Commentaire image
022_2017_VANESSA - VANESSAvanemto@yahoo.frfacebook : Vanessa Fournet LofdahlLa photo est une passion grandissante depuis environ 5 ans, même si je ne la pratique encore (malheureusement !), qu'à titre de loisir puisque je suis salariée par ailleurs (secrétaire juridique chez un avocat à Vedène).C'est pourquoi l'opportunité offerte par le concours photo que vous organisez est une vraie chance pour les personnes qui, comme moi, ont peu d'occasions de partager leur passion.Je ne participe qu'à un salon photo, celui de mon village Althen des Paluds. Il avait lieu cette année les 20 et 21 mai et je n'ai pas manqué, à cette occasion, de communiquer sur les Papillons peinture et photo.Je vous ai envoyé trois photos et je ne sais pas laquelle a été sélectionnée, aussi vous trouverez ci-après deux lignes sur chacune d'entre elles :"2016-06-24 Entraigues sur la Sorgue" : Comme son nom l'indique, cette photo a été prise sur la commune d'Entraigues, dans un grand champ bordé par la Sorgue et sa cascade, longeant la voie rapide. C'est un champ de trèfle sauvage, qui était particulièrement fleuri cette année-là, une superbe zone naturelle préservée en bordure de route, peuplée de hérons et d'aigrettes en hiver."2016-10-28 Lafare - Chapelle Saint Christophe" : Après le village de Lafare, au pied des Dentelles de Montmirail, une petite ascension permet d'arriver à cette chapelle et de bénéficier d'un point de vue mémorable à la fois sur les vignes, les dentelles et le Mont Ventoux. La chapelle est ouverte et l'endroit calme et reposant. J'aime le petit clin d'œil de la pancarte sur la porte "passant d'un jour vous qui aimez la nature offrez lui votre amour et non pas vos ordures"."2016-10-30 - Dentelles de Montmirail - Col du Cayron" : Toujours dans la région des dentelles de Montmirail, sur le Chemin du Cayron qui mène au Col du même nom et qui permet d'accéder jusqu'au pied des monts. Une très belle découverte, le soleil qui joue à cache-cache avec les dentelles, les vignes protégées comme dans un écrin qui prennent leurs teintes or et rubis et se préparent à l'automne, il se dégage une vraie spiritualité dans ces espaces auréolés de lumière.
022_2017_VANESSA
Commentaire image
023.2017_STEPHANIE_IMBERT - STÉPHANIE IMBERT"La photographie immortalise un moment et est le résultat du regard et de la créativité du photographe.A travers mon travail même en tant qu'amateur, je ne cesse d'évoluer en me mettant des objectifs toujours plus innovant et en multipliant mon champ d'actions (la perspective, le noir et blanc, le mouvement, la macro, la pose longue...). J'envisage de faire un blog pour montrer mon évolution et le résultat de mon travail.Sur cette photo, J'ai eu plaisir à mettre en scène mon coin de paradis afin de transmettre un état d'esprit. Pour moi, le thème ne se limite pas à un lieu. Ça va au-delà, C'est une réflexion, une pause dans l'espace-temps et de l'admiration d'un lieu."
023.2017_STEPHANIE_IMBERT
Commentaire image
024_2017_MIJO - MIJOmijo-chambon@sfr.fraquarelle-mijo.odexpoJe suis fille de photographes et ai donc entendu parler photos et vu des prises, des reportages, du travail photographique depuis toute petite.Je n'ai pas de formation professionnelle, juste une passion croissante... je travaille au coup de cœur, cherchant la "petite bête", ce qui attire l’œil et laisse une étrange ou imperceptible émotion.Après avoir longtemps résisté au numérique, je me lance dans la photo "facile", avec des possibilités de créations infinies. J'aime à travailler des photos aussi bien simples, pures, naturelles, que compliquées, comme les superpositions de clichés...Il y a une douzaine d'années, j'ai découvert l'aquarelle et je joue des compositions mixtes peintures photos... Avec toujours la recherche de la lumière, cette écriture intemporelle commune à la peinture, la photo, la sculpture, l'art en général. Je viens d'éditer un livre de photos artistiques sur les platanes du canal du midi 'Âmes de Platanes' et expose régulièrement mes photos (galerie à Eyguières, Châtillon sur seine, Vias, Magalas, et autres villages de l'Hérault où je réside.
024_2017_MIJO
Commentaire image
025_2017_ANNIE_CLAUDE_SANCHEZ  - ANNE-CLAUDE SANCHEZannieclaudesanchez@gmail.comwww.annieclaudesanchez.com
Le carrelet photographie Annie-Claude Sanchez
C’est dans un labo photo amateur, installé dans les sous pentes d’un collège qu’Annie-Claude Sanchez découvre la photographie argentique. Après une année à l’école EFFET, en cours du soir, elle installe son propre labo et fait ses premières impressions toujours sur papier baryté.
C’est au cours de ses voyages et randonnées que son regard va s’aiguiser, s’affirmer ; Népal, Tibet, Inde, Vietnam et aussi Spitzberg, Espagne, Suisse, France, à la recherche de la lumière qui inonde les paysages, la lumière qui émane d’un regard, d’une présence. Elle déclenche lorsqu’apparait une émotion, un sentiment profond, lorsque soudain une lumière se pose, fugitive.
Il faut être là pour la capter, une seconde après elle n’est plus. Le photographe, avec son appareil est un capteur de lumière. C’est dans l’atelier de la photographe Claire Santrot, elle-même sur les traces de Georges Fèvre tireur attitré de Cartier-Bresson, Koudelka, Doineau, que le cheminement entamé par Annie-Claude Sanchez va se construire avec toujours cette recherche autour de la lumière et de la matière.
Le tirage en labo est complémentaire de la prise de vue, il va magnifier le négatif. Par ses mains et ses gestes, sous l’agrandisseur, elle va masquer la lumière, en redonner, choisir la densité des noirs, la matière des blancs. Ainsi elle sculpte la lumière selon l’expression de Raymond Cauchetier. Le photographe, dans son labo est un sculpteur de lumière.
025_2017_ANNIE_CLAUDE_SANCHEZ
Commentaire image
026_2017_JOSBARTO - JOSBARTO
J'ai toujours préféré photographier des fleurs et des animaux, avec beaucoup plus d'intérêts et de passion depuis que j'ai reçu un nouvel appareil il y a un an ; à cette date je suis entrée dans une association de photographes amateurs « Œil de Lynx »à Malaucène où nous recevons ou échangeons des conseils que nous mettons en pratique lors de sorties à thèmes.
 
026_2017_JOSBARTO
Commentaire image
027_2017_ERIC RIBOT - ERIC RIBOTphotographe@ericribot.frphotoartis.book.frericribot.frArtiste Photographe, à ColliasJe suis un Chasseur d’images... de couleurs, de nuances, de contrastes, de lumières. Un chasseur d’instants c’est sûr, ...toujours et partout, dans l’urbain, des spectacles, des scènes de vie, des portraits, et des ballades en nature. Je suis irrésistiblement attiré par la nature sauvage des Gorges du Gardon, sa garrigue, sa rivière, ses grottes et ses lieux cachés...Toujours et par tous les temps, révéler la beauté, savoir surprendre des scènes de vie, des traces,...Vivons curieux,...
027_2017_ERIC RIBOT
Commentaire image
028_2017_SINTUREL - SINTURELsinturel.frederic@neuf.frwww.fred-photo.book.frle thème : J'ai cherché à photographier ces dames les vaches dans l'intimité des nuits de pleine lune ou elles dorment mais pas toujours... et rêvent... !Prises de vue : Elles sont réalisées sur pieds avec des poses longues variant de quelques secondes à deux minutes. Durant la pose les vaches sont éclairées une fraction de seconde par un faisceau lumineux. Cette technique permet de choisir et figer leurs attitudes au moment que je souhaite. (Light painting) La longueur de la pose rend flou les éléments mobiles comme le ciel ou les feuilles des arbres qui bougent. Les couleurs ne sont pas retouchées.L’appareil photo utilisé est un grand format « studio » (44mm x 33 mm) permettant des agrandissements géants si on le souhaite. (Pentax 645 z)Support : Toutes les images sont tirées sur papier photo.Elles sont collées sur support indéformable de 5mm « mat » anti u.v.Cela permet d’obtenir un tableau léger et facile d’entretien. L’encadrement n’est donc pas nécessaire.Tirage limité à 10 exemplaires numérotés de 1 à 10.A la demande : Tirage sur papier à encadrer soi-même.
028_2017_SINTUREL
Commentaire image
029_2017 DAVID BERAUD - DAVID BERAUD
Cette photo a été prise lors de nos vacances en Normandie en juillet 2016.c’est un lieu majestueux, une pose longue s’imposait naturellement avec le passage de chaque navette.iso 100 f4.5 15 secondes.
 
029_2017 DAVID BERAUD
Commentaire image
030_2017_GRAPHIJANE - GRAPHIJANE
Facebook : GRAPHIJANE
Mail : graphijane[at]yahoo.fr
Blog : www.graphijane.tumblr.com
En 1984, alors que le rap naît dans les quartiers populaires et périphériques des grandes villes françaises, je vois le jour sous le soleil et le ciel bleu azur, dans ce beau pays vauclusien, à Carpentras. Au milieu des champs, à deux pas d’une ville à taille humaine, je découvre le plaisir de fabriquer des cabanes dans les bois, autant que celui de me balader dans les rues de ma ville.
Enfant puis ado, je baigne dans des univers différents qui me nourrissent chacun à leur manière. De la musique classique au concert de métal ou de rap, des cours de violoncelle à ceux de guitare électrique, de la visite d’expo dans les musées à la pratique sportive ou la découverte du monde associatif aux côtés de ma mère… tout est source d’ouverture.
Gamine, l’Éducation Nationale me contraint et me restreint dans mes modes d’expressions, je m’y épanouis peu. Rapidement, je trouve refuge dans la bidouille, le bricolage, la création et l’implication militante, en-dehors du cadre scolaire et en solitaire.
Je me promène et explore des domaines de création : pochoir, peinture, sérigraphie, photo, light-painting, vidéo, découpe métal, customisation…
De fait, je rencontre des problèmes de « case », ce principe singulier et assez Français parait-il. Pas uniquement photographe, ni graffeuse, ni pochoiriste, ni customisatrice... J’ai longtemps souffert de ne pas trouver ma place mais aujourd'hui, je m’efforce de désamorcer ce sentiment d’illégitimité chez les autres par l’intermédiaire d’interventions sociales et artistiques. Ma curiosité ne se rassasie que de la diversité et pour être honnête, je crée avant tout pour mon plaisir personnel.
            Des grains de lavande qui trouvent refuge au creux des mains ou se faufilent entre les doigts...Cette photo est née à Sault. Pour moi, Sault c’est avant tout le pays d’Emilie et Audrey, des amies précieuses rencontrées au lycée. A l'époque, ces deux cousines prennent un plaisir communicatif à raconter leurs vacances et week-end passés à ramasser la lavande chez leur famille sur les hauteurs de Sault. Dans leurs anecdotes souriantes et sans fin, la passion et le partage sont toujours au rendez-vous malgré la pénibilité du travail.
Durant ces années -même si j’aime mon territoire natif- je le vois un peu comme une photo rassurante au mur qui fait partie d’une pièce depuis toujours. Je l’aime, certes. Il me rassure, me procure du bien-être. Mais ce n’est que plus tard, après m’en être éloignée que je réalise à quel point j’aime la Provence, le Vaucluse et ma ville… et que ces territoires ne demandent qu’à être explorés, partagés et racontés.
Ce jour d’Août 2014, je suis à Sault pour la journée et pour de longues heures au cœur de l’exploitation familiale des Mourard. A quelques jours de la légendaire Fête de la Lavande et malgré l’impératif des récoltes, Marie-Ange pose les outils et m’offre une longue et délicieuse visite guidée de son exploitation et celle son mari Joël. Soixante hectares de lavande, de lavandin, de passion et presque autant d’histoires à partager.
Cette photo, c’est pour moi la force des femmes du territoire. Des femmes souvent oubliées, des femmes que l’on relègue trop facilement et injustement aux seconds rôles et que l’on gomme sans scrupule, de l’Histoire.
Ces mains sont celles d’une travailleuse locale.
Modeste et généreuse. Travailleuse et rigolarde. Belle et intelligente.
Je vois sur cette photo, des mains qui ne rechignent pas à la tâche, ni à la tendresse.
Des mains loin des écrans tactiles et des plats surgelés.
Des mains qui tiennent le territoire et ses traditions.
J’ai choisi de partager ce cliché et ces mots, comme un hommage à la riche simplicité de ce territoire provençal et des personnes qui en font la diversité.
Je suis chanceuse d’être née ici et d’y vivre encore, quand d’autres naissent sous les bombes ou vivent dans la pollution d’une vie sur-capitalisée où l’argent est plus précieux que le temps.
Ici les jours se dégustent et les paysages dévoilent leur immensité à qui sait prendre le temps.
Pour terminer, je précise que je participe à cette seconde édition des Papillons photo -après avoir participé à trois reprises aux Papillons Peinture- parce que le concept est génial et avant toute chose, parce que c’est une chance d’avoir une association aussi enthousiaste et entreprenante au service du bien-être populaire et de l’art accessible à toutes et tous.
Merci à toute l’équipe Les Papillons, pour sa patience, son implication et sa faculté à valoriser le territoire et les énergies locales. Vous êtes une source d’inspiration !
 
030_2017_GRAPHIJANE
Commentaire image
031_2017_ROSIE JACKSON - ROSIE JACKSONrosemary.jackson@wanadoo.frwww.rosiejacksonphotography.comSi je devais rêver de moments précieux en Provence, couché dans un hamac, profiter de l'odeur de la lavande et écouter le bourdonnement des abeilles serait mon idée du paradis ...'
031_2017_ROSIE JACKSON
Commentaire image
032_2017_DESIGNEX - DESIGNEXdesignex@outlook.frhttps://www.flickr.com/photos/designex/Originaire de la région Franche-Comté dans le Doubs, et installé dans la région PACA (à Gréoux-Les-Bains) depuis 4 ans, je pratique la photographie amateur depuis maintenant 7 ans. Lors des premières années, j’ai fait partie de deux clubs de photographie, celui de Voujeaucourt et de Colombier-Fontaine (où j’ai participé à un concours proposé par la Fédération Française de Photographie).C’est avec joie que je participe maintenant au festival « Les papillons Photo » édition 2017.Pour ma part, la photographie doit rester un plaisir. Au travers de tous les déclenchements, elle me permet de rencontrer des personnes formidables, de parcourir la France, et de dénicher des lieux inattendus ! Depuis quelques années, je réalise une majorité de portraits, tout en m’ouvrant à d’autres techniques comme le Sparks.Pour permettre à chacun d’explorer mes photographies,je les partage sur ma page web
032_2017_DESIGNEX
Commentaire image
033_2017_PHILIPPE PINEAU - PHILIPPE PINEAUBien que plus particulièrement attiré par les textures, la géométrie et la couleur, le coquelicot est pour moi, plus que la lavande, emblématique de cette Provence continentale dans laquelle nous vivons.Et si en plus on peut rendre hommage au Ventoux...depuis Mazan...
033_2017_PHILIPPE PINEAU
Commentaire image
034_2017_GE - GEJe suis une photographe amatrice. Mon thème de prédilection est la nature (surtout en macro).Je fais aussi quelques photos urbaines et insolites. J’ai commencé avec un bridge Nikon coolpix P7000.J’ai suivi des cours de photographie à la MJC avec Marie Saiu puis j’ai investi dans un réflex Canon EOS 700D.La photo sélectionnée a été prise avec cet appareil.Il s’agit du lac de Gaube dans les Hautes-Pyrénées sur la commune de Cauterets.
034_2017_GE
Commentaire image
035_2017_GAËL DUPRET - GAËL DUPRET
www.gaeldupret.com« Jeunes filles jouant sur le marché d’Adzopé », photo faite le 08 décembre 2016 en Côte d’Ivoire.Gaël Dupret est un photographe professionnel (il diffuse auprès de 3 agences de presse et travaille pour différentes entreprises), humaniste et engagé. Via la photographie il veut apporter son témoignage sur l’époque actuelle : à 12 ans il commence un travail sur les SDF, il milite pour le droit et l’égalité des femmes, ... Ses influences sont notamment Gilles Caron, Capa, Sebastião Ribeiro Salgado, Marc Garanger et bien sûr son Père.
 
035_2017_GAËL DUPRET
Commentaire image
036_2017_FERNANDE VEDEL - FERNANDE VEDELfvedel@numericable.frFernande Vedel est née à Marseille. Résidant à Marseille, elle passe une grande partie de ses vacances dans le Comtat Venaissin.Fille d’un spécialiste de l’étude de l’image latente sur une plaque photographique, elle s’est intéressée naturellement à la photo de très bonne heure.Physicienne en optique physique et quantique à Aix-Marseille Université, elle se consacre de manière plus réfléchie à la photographie depuis qu’elle est à la retraite, elle a adhéré en 2012 à PHOCAL .Elle n’a pas de cibles particulières, mais elle se laisse tenter volontiers par des paysages aux lignes simples avec de beaux ciels . Qui mieux que le Mont Ventoux peut répondre à ces critères !
036_2017_FERNANDE VEDEL
Commentaire image
037_2017_GIL ROY - GIL ROYgilroyphotographe@gmail.comwww.gilroyphotographe.netGil Roy est reporter photographe, réalisateur et cadreur de films documentaires. Après s’être intéressé aux populations d’Afrique continentale et de Madagascar, Gil a fini par tourner son attention vers « la rue », ce qui la structure et l'anime. Dans ce cadre, il a consacré une partie de son travail aux « indésirables » en marge de la société française (sdf, sans papier, gens du voyage, victimes de la ségrégation raciale, etc.). « Je me suis plus précisément intéressé à la communauté Rom dont on parle beaucoup en France et qui, en dépit de cela, reste mal connue ». A 30 ans, Gil prépare un film documentaire sur deux familles Rom qu’il suit, en immersion entre la France et la Roumanie, depuis cinq ans. Un livre sur le même sujet est en préparation.Depuis 2015, il travaille aussi sur la Côte d'Ivoire et le Moyen-Orient. La photo présentée ici est extraite d’une série qui s’intitule La fabrique à cerfs-volants. Elle a été prise sur un pont ferroviaire surplombant un bidonville de Java Oriental, en Indonésie. « J’ai suivi Adika, le petit garçon que l’on voit sur la photographie.
Il m’a embarqué sur le toit de son monde, là où les enfants du quartier jouent avec les cerfs-volants qu’ils fabriquent à partir de fins morceaux de bois et de déchets ».« L'image... Cela m'a toujours fasciné.On regarde trop souvent sans voir.Le faiseur d’images, lui, a l’œil analytique, parfois mécanique, pour observer et saisir le bon moment. Mais son talent réside peut-être dans sa sensibilité, dans le frisson que lui procure l’instant. Cet instant où il se fait voleur de temps, pour une vibration qu’il ne faut pas rater, un éphémère second, une rencontre avec l’invisible...L’appareil photo ou la caméra se doit d’être, pour le faiseur d’images, l’arme d’un soldat pacifique, une machine à témoigner, du meilleur comme du pire ».
037_2017_GIL ROY
Commentaire image
038_2017_LAURENCE LOUISFERT - LAURENCE LOUISFERTlouisfertlau@hotmail.comwww.louisfertlau@hotmail.comLaurence Louisfert Artiste plasticienne sculpteur/photographeL'univers est pour moi comme une maison, la Terre comme un jardin. Le voyage, source de rêves éveillés, comble une soif de liberté et de découverte. Je me suis imprégnée inconsciemment, j'ai observé avec attention, échangé, senti de tous mes sens, appréhendé ce monde et l'ai vu évoluer depuis plus de 25 ans. L'alchimie de la vie et ses mystérieux mécanismes m'ont toujours fascinée. La beauté, la richesse et la fragilité de la planète n'ont cessé de me toucher, de m'inspirer, tant dans mon travail de sculpteur que dans celui de photographe. Si ma sensibilité est poétique, elle est aussi critique, et j'aime à questionner les sociétés et les hommes sur leurs responsabilités dans l'évolution de l'humanité. Car dans ce monde où tout s'allie et tout se mêle , ne sommes-nous pas, par essence, invariablement lies au sort des espèces et de la biodiversité qui nous entourent? Ne faisons-nous pas, finalement, qu'un?Mon amour transcendé des mondes végétal, minéral et animal, rend hommage à la puissance de la Nature, à la magie du vivant.mon oeuvre est en définitive un hymne à la vie, et à une nature enchanteresse avec laquelle notre humanité, dans ce qu'elle a de plus essentiel, devrait continuer d'évoluer respectueusement et avec bon sens.
038_2017_LAURENCE LOUISFERT
Commentaire image
039_2017_PHILIPPE BOLTON - PHILIPPE BOLTONphilippe.bolton@flute-a-bec.comwww.louisfertlau@hotmail.comMon oncle était photographe de presse à la Tribune de Genève. Peut-être ai-je hérité de sa passion. En tout cas dès l'âge de 16 ans, lorsque j'ai eu mon premier appareil j'ai passé de longues heures dans le noir à regarder apparaître dans les cuvettes les images qui m'avaient fait rêver, et cela m'est resté.J'ai plusieurs cordes à mon arc. J'exerce un métier un peu particulier, celui de facteur de flûtes à bec dans mon atelier à Villes sur Auzon où je me suis installé il y a 39 ans. Mon épouse est également musicienne. Nous jouons souvent ensemble, parfois en public.
039_2017_PHILIPPE BOLTON
Commentaire image
040_2017_DOMINIK— GARCIA - DOMINIK— GARCIAdominikgarcia@aol.com sitewww.flickr.com/photos/dominik20Je suis née à SETE dans cette région à l’accent chantant, pays de Brassens et Paul Valery, mais c’est au pays où les montagnes caressent la mer, sur la Côte d’Azur que très tôt je me découvre deux passions la poésie et le dessin. La vie ne me conduit pas tout de suite sur les chemins artistiques jusqu’à ce jour de février 2012 où je découvre la photographie,dans la main de mon « Valentin » : un Reflex Canon.Autodidacte, je me forme en lisant, livres, revues, forums, jusqu’à intégrer divers clubs pour apprendre, comprendre et partager aux côtés d’autres photographes.Amoureuse des grands espaces et de la nature, je vais dans un premier temps me passionner pour l’univers de ce qui je nomme le mini monde.J’y apprends l’observation, la patience, l’humilité...Au fil de temps c’est dans mes solitudes que je vais chercher mes inspirations, l’hiver, ses ciels lourds, ses ambiances diaphanes, sa blancheur virginale, ses silences, s’imagine telle une toile où se dévoile les lignes, les courbes, les traits...Ma démarche photographique devient construction d’une démarche d’auteur...J’ai le plaisir d’exposer dans diverses manifestations individuelles ou collectives, des photos récompensées, et toujours un bonheur de photographier et partager....DOMINIK
040_2017_DOMINIK— GARCIA
Commentaire image
 
 
Powered by Phoca Gallery